Un bout de route au Pérou

Nous avons fait une halte à Lambayeque et avons retrouvé la famille française. Nous avons passé un bon moment avec eux. Nell a appris à faire des mandalas en laine! Nous avons visité le musée sur la culture des Incas. « El Patron » nous a fait un coup de trafalgar lorsque nous avons voulu repartir puisque nous avons été en panne de batterie. Nous avons pu la faire recharger pour 10 soles. Une fois reposée à son endroit initiale, cette fois-ci c’était la pompe à essence qui ne fonctionnait plus et du coup pas de démarrage… Heureusement, Michaël après une réflexion fulgurante a réalisé que le bouton coup circuit, sous le volant, devait être enclenché et empêcher, de fait, tout démarrage !!! Ouf, c’était ça. Ce qui nous ennuie un peu c’est que le déchargement de la batterie est survenu suite à un bricolage de Michaël pour rétablir la climatisation …on a fait un choix, plus de clim pour le moment même si les températures sont très élevées. On verra ça à Lima!

La route vers Lima est déstabilisante. Nous pensions avoir vu beaucoup de choses en Amérique Centrale mais là, c’est le pompon! Sortie de la PanAméricaine, les routes n’existent plus, les poubelles jonchent le sol absolument partout, les odeurs sont nauséabondes, à vous en soulever le coeur. Nous avons fait une halte à Pacasmayo. Nous y sommes arrivés à la nuit et n’avons pas pu nous arrêter dans l’hôtel prévu puisqu’il était réservé pour un mariage. Nous avons donc stationné quelques mètres à côté sur un terrain vague avec vu sur la mer. Nous nous sommes aperçus le lendemain matin, que les poubelles étaient aussi de la partie et que les falaises de la plage n’étaient qu’un amas d’ordures. Cette plage était face à l’une des plus belle vague de la planète en surf. Les filles et Michaël on même pu la surfer! Pour le moment, on ne peut pas dire que ce que nous voyons au Pérou nous plaise. Par contre les gens sont adorables.

Aujourd’hui nous avons roulé en plein désert sans âme qui vive, sans une touche de vert à l’horizon. De temps en temps, nous avons croisé « une maison » en pailles tressées et des pierres tombales à même le sable. La pause du déjeuner s’est faite à Tortuga et nous avons pu en voir très fréquemment reprendre leurs respirations. Voici les photos de ce que nous avons pu voir, nous vous épargnons les odeurs!…. Les paysages de ce désert étaient magnifiques.

5 commentaires sur « Un bout de route au Pérou »

  1. Des images toujours surprenantes, beaucoup de précarité et une constante corruption qui gangrènent la vie des gens, mais une véritable leçon de vie de la part de ces personnes qui s’attachent à l’essentiel qui est de vivre. D’ailleurs on voit assez peu de personnes âgées sur les clichés…
    Sinon des Moumounes toujours en pleine forme, comment faites vous? ici on nous assure que le travail c’est la santé 😉
    Bisous

    J’aime

    1. Henri Salvador ajoutait également « et rien faire c’est la garder »… Ici on galère pour recharger en gaz à cause de normes différentes et d’une rigidité incompréhensible des fournisseurs qui ont ce qu’il faut mais ne veulent pas… c’est pas la procédure habituelle. Aurait-on des têtes de gringos???

      J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s