Départ de l’Amérique Centrale

Alors où en étions nous? Ah oui,  ce sentiment très partagé sur Panama, qui s’est confirmé par la suite. Au Panama, il n’y a pas de juste milieu et ce à tous les niveaux: les gens, les villes, le climat. Nous avons rencontré des gens qui vivent à Panama et qui nous ont confirmé ce ressenti.

Nous sommes donc arrivé à Panama city pour faire l’inspection du camping car par la douane afin qu’il puisse être chargé sur un bateau container. Il fallait arriver à 7h du matin, ouvrir le moteur pour qu’il refroidisse… bref à 9h30 c’était bouclé…rapide! Puis nous recevions le document attestant de la conformité du véhicule à 14H, sauf qu’à 14H, nous avions un RDV pour payer le transport du camping car.  Nous avons donc appelé notre contact pour décaler le rdv mais ce n’était pas possible et elle nous assurait que nous pouvions retirer notre document jusqu’à 16h30. Nous voilà parti pour la marina de Panama afin de payer le transport du RV. Les moeurs des Panaméens sont plutôt particulières. Notre contact qui était Téa, nous a donné RDV dans un bar de Yacht club pour payer en liquide…là déjà on se dit c’est louche. Nous avons retiré la somme en liquide, nous avions les poches pleines de billets de 20 dollars !!!! Arrivé à 14H, en fait il y avait 2 endroits portant presque le même nom. Nous nous présentons au premier, demandons Amy, la fille de Téa, personne ne la connaît puis on nous dit du bout des lèvres, que le RDV ne doit pas être ici mais à 10 minutes en voiture au bout de la marina. Nous voilà parti… arrivé sur place, on nous dit que ce n’est pas là et que c’est forcément là où nous étions précédemment…. vous suivez toujours!! Bien sûr sous une chaleur digne d’un mois de janvier ce qui signifie que l’on transpirait à grosses gouttes! Je vous épargne le reste. On retourne au 1er RDV, l’heure tourne pour aller chercher le document de la douane qui est en plein centre de Panama. Je précise que la circulation est catastrophique, ce qui ne facilite pas les déplacements. A cette étape, nous n’arrivons plus à joindre Téa par téléphone, ni sa fille…silence radio. Nous décidons alors de faire 2 groupes. Un qui va chercher le document à la douane: Michaël et Louanne et un qui reste au yacht club pour espérer voir la fille de Téa et payer le transport du RV. Je reste donc avec Nell et Marie. Nous profitons d’internet pour envoyer des mails et demander des explications à Téa. J’arrive à la joindre, elle me dit que sa fille était au RDV mais qu’elle ne nous a pas vu (le camion fait 10 mètres…). Elle me dit que sa fille va repasser dans la nuit! Pas possible car ce soir nous sommes attendus à Colon pour déposer le camping car le lendemain, au port, aux aurores. J’arrive à négocier, le fait qu’elle revienne avant! 2 heures plus tard, Michaël arrive, il a eu son document mais y a laissé un clignotant. Les bureaux de la douanes fermaient à 15h30 et ils y sont arrivés à 15h. Presqu’au même moment, la fille de Téa arrive! Nous payons la somme, elle nous donne un document sans entête d’entreprise, avec un minimum d’informations. Malheureusement, nous ne pouvons rien demander de plus. Les Panaméens sont capables de te laisser en plan s’ils se sentent froissés! Au final, nous avons payé, en espérant que cet intermédiaire fera bien son travail et qu’on aura pas la même somme à payer arrivé en Colombie!!! Pour ceux qui nous connaissent un peu, ça me rappelle vaguement la vente de notre maison! Nous voilà parti pour Colon qui se situe à 80 kms de là mais c’était sans compter sur les bouchons! Dans Panama city, nous avons fait du 1 km à l’heure. Nous avons fini par arriver à Colon à 20h, de nuit et là c’est le choc! Nous découvrons une ville comme jamais j’en ai vu, des bidons villes de partout, des gens de tous les âges dans la rue, des cris, de la musique… un sentiment de totale insécurité. Un hôtel est réservé pour Marie, Nell et moi car nous n’avons pas le droit de nous présenter au port. Seul Michaël et Louanne peuvent y aller. Il nous avait été dit que nous aurions un hôtel avec parking sécurisé 24h sur 24h. Le problème est que nous fonctionnons encore avec les standards Européens. En Amérique Centrale, un parking sécurisé veut dire, un bout de terrain grillagé avec un gardien qui porte un fusil à pompe! Michaël et Louanne dorment dans le camping car pour être à 7h au port. Une fois encore nous nous séparons. Concernant l’hôtel, heureusement, il est tout à fait convenable! Nous ferrons l’école et attendrons le retour de Michaël et Louanne. Ils reviendront à 11h30. Ils ont pu déposer le camping car, ils ont fait de nombreux bureaux, attendus mais ça a payé. Nous voilà donc reparti pour Panama city, en bus puis en taxi pour un hôtel, jusqu’à 2h du matin puisque nous nous envolons pour les îles Galapagos demain à 5h! Quand je vous disais que ces deux journées furent fortes en rebondissements! Vivement les vacances!

Panama côté pile et face:

La circulation à Panama:

Colon, son parking sécurisé et ses alentours:

Le pont des Amériques:

Un commentaire sur « Départ de l’Amérique Centrale »

  1. C’est toujours super de pouvoir vous suivre régulièrement sur votre blog, ça nous fait voyager un peu avec vous … Profitez bien du soleil parce qu’ici c’est le grand froid !! Bisous à tous les 5, Emma

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s