1756 kilomètres plus tard

C’est rassurée que je vous écris du sud du Costa Rica (San Vito). Après avoir pris la décision de prendre la route pour traverser l’Amérique Centrale, je vous avouerai que j’ai passé quelques jours dans la peur. Cette avis n’était pas partagé par le reste de la famille (je confirme, Michael) mais lorsqu’on vous prévient au Belize qu’il faut faire attention à ses enfants et toujours les avoir sous la main et à l’oeil, sous peine de se les faire enlever pour des trafics d’organes ou pour l’esclavagisme sexuelle, il n’en fallait pas davantage pour que j’angoisse! J’ai donc « imposé » des mesures de sécurité et je n’étais pas des plus zen… Nous avons donc pris l’option de juste traverser le Guatemala, le San Salvador, le Honduras, le Nicaragua et Costa Rica. Nous avons roulé des journées entières. Bien sûr, nous sommes aussi pressés par le temps car nous devons être au Panama le 17/01 pour mettre le camping car sur le bateau en direction de la Colombie. Nous avons été frappé par les versions des voyageurs croisés sur notre chemin et ce que nous avons vu des pays. Comme quoi, il est indispensable de se faire sa propre opinion. Les routes ont été tantôt désastreuses, tantôt extra. Le Salvador et le Nicaragua ainsi que le Costa Rica mériteraient franchement de s’y attarder. Le Honduras est frappant par sa pauvreté. C’est choquant de voir les préoccupations de ces gens à mille lieux des nôtres. Je ne voulais pas passer pour quelqu’un de riche mais en traversant ces pays on se rend compte, qu’il ne peut pas en être autrement. Ce voyage aura le mérite de nous faire réfléchir sur notre condition. La chance que nous avons déjà d’être nés dans un pays comme la France, notre rapport à l’environnement. La France est très avancée en matière de « développement durable », d’environnement. Mais vu ce que nous pouvons voir en traversant les pays, on se dit que l’Europe est un grain de poussière et que ce n’est pas à notre niveau, que l’on pourra changer quelque chose pour l’avenir de la planète. Au mieux, l’Europe sert d’exemple…

Nous sommes confrontés à des cultures très différentes, le rapport à la femme, la sécurité. Chaque station service, banque…est gardée par un homme avec un fusil à pompe… Voilà, depuis le Costa Rica, nous retrouvons une vie plus occidentale et bien plus sécurisée. Demain, nous traversons la frontière du Panama. La traversée des frontières est toujours une aventure. Au Honduras, lorsque nous avons voulu enregistré le RV, l’administration n’avait plus d’électricité depuis la veille! On y passe en moyenne 2H à chaque fois.

Quelques photos: Le Belize

Le Guatemala

Le San Salvador

Le Honduras

frontiere-du-honduras

Le Nicaragua

Le Costa Rica

Il nous reste maintenant 541 Kms pour nous retrouver à Panama City!